La bibliométrie, Arab Abdelhamid

Publié le par mapetitebibliotheque

Arab ABDELHAMID est Directeur du Département de Bibliothéconomie de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de l'Université d'Alger.

 

La bibliométrie peut être définie comme « l’application des mathématiques et des méthodes statistiques aux livres, articles et autres moyens de communication » (Pritchard, 1969). Une définition plus contemporaine, associant bibliométrie, scientométrie d'outputs et infométrie, serait en termes d'"analyse quantitative de l'activité et des réseaux scientifiques". Cette discipline, qui s'appuie sur l'analyse statistique des données et des réseaux, a un volet cognitif, en interaction avec les champs se donnant les sciences et les communautés scientifiques comme objet (économie de la connaissance, sociologie des sciences, épistémologie, histoire des sciences, etc.) et avec les sciences de l'information. Elle a un volet opérationnel, en liaison avec l'évaluation, le positionnement des acteurs et le management scientifique. Dans ce dernier cas, les études bibliométriques permettent de quantifier la communication d'un individu ou d'un groupe, non seulement en termes de volume, mais également de visibilité, d'influence, de partenariats, d'insertion dans les réseaux.

 

Les courants sociologiques les plus contrastés, du fonctionnalisme de R.K. Merton aux courants radicaux de la sociologie des années 80 dans leur application aux "acteurs" de recherche (programme fort, science studies, sociologie de de la traduction devenue théorie de l'acteur-réseau, ANT), s'accordent sur une chose, le rôle central de la publication dans la vie scientifique. C'est l'hypothèse fondatrice de la scientométrie que de reconnaître dans les traces bibliométriques (publications, citations) et les réseaux associés un miroir de l'activité scientifique. Au delà de ce fond commun, une grande diversité de pratiques de publication et de citation se manifeste selon les disciplines ou les types de recherche.

 

Les méthodes bibliométriques sont transposables mutatis mutandis à toute sortie codifiée du système d'enseignement et de recherche (thèses ; contrats de recherche comme les projets européens des programmes cadres). Pour d'autres dimensions de l'activité de recherche (alimentation de bases d'observation ; littérature dite grise ; travaux d'expertise…), l'accès aux données et/ou leur faible degré de codification rendent la tâche difficile.

Publié dans Méthodologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article